SOURCE DE POESIE
Pour tous les amoureux de la poésie et des mots, ce forum héberge de très belles plumes du net. Joignez-vous à nous pour que vivent les mots.
Artistes dans l'âme, venez partager vos textes et faire de jolies découvertes, dans le respect des autres et de notre charte...

Toute l'équipe de Source de Poésie vous souhaite une belle visite.


Source de Poésie, partager les mots, les maux, les émotions...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Bienvenue à vous à notre Source Poétique... Toute l'équipe vous souhaite la bienvenue chez vous.


Partagez | 
 

 Nenesse...

Aller en bas 
AuteurMessage
Pablo19
Premier maitre
Premier maitre


Masculin
Nombre de messages : 221
Age : 68
Localisation : Limousin
Loisirs : lecture/ecriture/forums
Date d'inscription : 11/06/2012

MessageSujet: Nenesse...   Mer 25 Juil - 3:29

 

Nénesse...

Roman

Désiré Sanchez

 

Je vais tenter de vous parler d'un homme peu ordinaire. Je ne peux pas vous citer son nom, car son fils me ferait un procés illico !

Mais cet homme qu'on surnommait :"Nénesse" a existé et bien des gens ici au pays parlent encore de lui...

C'était un homme plutôt petit de taille, toujours bien habillé, avec une petite voix très particulière et difficile à décrire; disons d'une petite sonorité très spéciale, que nous imitions plus ou moins bien..

Il a connu l'occupation, il nous en parlait, avec aussi des regrets dans la voix lorsqu'il nous expliquait qu'il avait prévenu des gars qui se sont fait prendre par l'occupant Allemand...

Dans sa jeunesse il avait fait une école de mécaniciens à Brive, me semble-t-il et c'était d'ailleurs un fin mécano; il entendait de suite ce qui n'allait pas quand il écoutait un moteur tourner...

Il fut donc à l'origine de son entreprise de transports routiers et même je crois un des premiers à faire du transport frigorifique après guerre...

Cette entreprise très florissante aujourd'hui encore, je ne peux évidemment pas citer son nom, mais si des gens d'ici me lisent un jour, ils comprendront de laquelle je tente de parler...

 

A l'époque où je suis entré dans cette entreprise de transport routier, nous étions une quarantaine de chauffeurs; nous avions des vieux camions, des Volvo F88 et 89 puis les premiers F12, pour ceux qui connaissent un peu les camions...

Nénesse était présent la plupart du temps, il dirigeait tellement de choses dans sa boite !

Il avait une sorte d'adresse psychologique envers ses gars ! Détectait rapidement les menteurs et les feignants !

Aussi, il n'est pas a critiquer plus qu'un autre patron, car il fallait bien aussi qu'il fasse travailler les "tire au flanc" !

De plus je n'ai jamais eu un salaire en retard chez lui ! Je me dois de le dire !

Les frais payés en liquide tous les samedi; le travail était dur, mais les payes très correctes...

A cette époque nous étions une quinzaine de chauffeurs à faire ce que nous appellions "la viande" ! Mais c'était encore des crochets à penderies fixes dans les semi-remorques, il fallait se "payer" les carcasses de veaux et de boeufs à l'épaule, ils ne savent plus maintenant les chauffeurs d'aujourd'hui !

Certes aux abattoirs, au dépôt, nous avions une équipe de "ripeurs" des "forts des halles" si vous préférez, mais nous les aidions un max avant de partir sur la route en début de soirée...

Et puis chez les clients, la plupart du temps c'était sur nos épaules que les quartiers de viandes étaient déchargés...

Maintenant tout est sur rails, des bras hydrauliques à l'arrière des semi-remorques, bref, du gateau par rapport à ce que nous avons connu, mais cela n'a jamais compté pour le calcul de nos retraites...

Alors je vais en venir à bien des anecdotes, mais sans vouloir "laver de linge sale" sans moqueries, mais sincèrement avec tout ce qui reste dans mes souvenirs...

Nénesse ponctuait ses phrases de cette expression de pays courante ici "milledieu" ! ou "miladiou" en patois !

Cela sans vouloir offenser le Seigneur dans son esprit, car il allait volontiers à l'Eglise et venait toujours honorer la mémoire d'un de ses gars que la vie venait d'emporter...

Un fois des gars de l'EDF étaient venus un matin couper l'électricité pour une réparation d'urgence; son fils furieux de voir tous les ordi coupés, le leur reprocha vertement ! Nénesse qu'on surnommait aussi "Papy" vint voir et dit à son fils: "laisse je m'en occupe" !

Une demi heure plus tard, son fils lui demanda sans ménagement :"Et alors c'est fait ?"

"Eh oui c'est fait répondit Nénesse" avec cette petite voix familière et spéciale, puis ajouta : "Et sans gueuler..." !

Une fois dépotant entre deux camions cul à cul, notre "Papy" eut cette réfexion à un gars qui lambinait :"tu seras toujours une guenille toi !" L'autre sans se démonter lui répondit :"je ne veux pas être le plus riche du cimetière moi !"

"Papy lui rétorqua :"ça risque pas de t'arriver à toi !"...

 

A une époque pour le quai du dépot frigorifique où nous stockions aussi des palettes de produits surgelés, que nous transportions aussi pour livraisons aux clients; notre Patron avait acquis des trans-palettes électriques, plus pratiques et moins fatiguants que les mécaniques, la première semaine il y en avait déjà deux en pannes et note "Papy" eut cette réaction :" milledieu ! Vous passez plus de temps avec ceux là, qu'avec les autres !"

Alors un gars du quai lui répondit :"C'est sûr qu'on passe plus de temps ici qu'à la maison !" Papy fit quelques pas se retourna et avec son calme habituel répliqua :"Y'a autre chose qui est sûr ! C'est que t'es pas obligé de venir..."

 

Je me souviens d'une fois où notre "Papy" avait remonté un chauffeur pour en remplacer un autre malade ou blessé, je ne sais plus exactement et il vint dîner avec nous, ayant vu quelques uns de ses camions garés sur le parking du restau routier pour le casse croûte du soir.

Il s'installa donc pour se restaurer avec nous, nous n'avons rien dit, mais comme de partout, les gars à table critiquent les Patrons etc... Nénesse n'a rien répondu, il a écouté en silence, a terminé son repas puis est parti...

Lorsque nous sommes passés au bar pour règler nos additions avec les autres chauffeurs qui étaient à table avec nous, la Patronne du restau nous a dit :"Tout est payé les gars !"

Les gars se demandaient comment ça se faisait, nous leur avons dit alors que le Monsieur qui venait de règler nos additions, après avoir dîné avec nous, c'était notre Patron ! Les types sont restés "babas" ! Comme quoi il faut tourner un peu sa langue dans la bouche avant de parler...

Papy n'avait rien objecté, il avait agi, voila ! Clair et net ! C'était ça "Nénesse" !

 

Alors de toutes ces vieilles histoires, je pourrais en faire deux cent pages, mais je n'irai pas aussi loin, pas dans mes habitudes, je ne suis pas "Monsieur Tolstoï"...

 

Bien sûr, la perfection n'étant pas humaine, je ne viens pas vous dire que c'était un homme parfait ! Il était très regardant sur les dépenses, mais c'est normal, gérer une grande entreprise n'est pas du "mécénat" !

Vous raconter des actes moins nobles de sa part, je n'en ai pas envie, parce que nous nous trompons tous et cela n'apporte rien de jouer les "objecteurs de conscience"...

Un samedi matin alors que j'allais me faire régler mes frais de la semaine écoulée, j'ai vu qu'ils dépotaient les veaux que j'avais chargés, dans plusieurs autres camions, suivant les destinations.

Je lui ai fait alors remarquer que j'avais chargé soixante carcasses de veaux tout seul !

Avec ce petit sourire que nous lui connaissions, il m'a dit :" Mais c'est que tu es costaud toi !"

Puis me prenant à part il sortit un billet de deux cent francs et me le tendit en me disant, t'as pas besoin de le répèter...

C'était ça notre Papy !

Nous sommes aveugles dans la vie, spirituellement et objectivement aussi; avant que je ne fasse construire ma maison, il m'a dit :"J'ai un terrain au dessus du frigo de D... on va s'arranger tous les deux..."

Comme un âne je n'ai pas donné suite et bien sûr, trop tard pour les regrets... Quand on est con, comme disait Georges Brassens...

Je ne suis pas sûr qu'il fût bien heureux dans sa vie personnelle, mais je n'ai pas à juger de ça...

Les gens disaient qu'il était riche, sûrement et pourquoi ne l'aurait-il pas été après soixante ans de labeur acharné ?

Moi je ne suis pas jaloux d'un homme capable de faire vivre des dizaines d'autres, comme un Chirurgien capable de vous ouvrir la "caisse" en deux, pour réparer une "durit" !

Tout ce que je veux dire, c'est l'humanité, rigide certes, mais exacte qu'il avait !

Alors pour moi aussi arrive le soir de ma vie, "Papy" est parti pour l'éternité depuis une dizaine d'années, à moins que le Seigneur dans sa miséricorde ne l'ait inscrit dans "le grand livre de la vie" ! Cela impossible de le savoir !

Il a eu la Légion d'honneur un peu avant de finir sa piste sur cette terre, cette distinction tant décriée ! Mais personnellement, en rapport aux "saltimbanques qui l'ont aussi obtenue" un homme qui a crée, fait vivre des centaines de personnes... Je n'y vois pas d'objection !

Je vais terminer là, car je ne veux pas broder, même si bien sûr il me serait possible de vous raconter encore bien des anecdotes...

Que la miséricorde du Seigneur reste sur "Nénesse" !
Revenir en haut Aller en bas
http://xooit.comlesanciens
 
Nenesse...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nenesse...
» [thème] Sport(s)
» L'Elève Ducobu - Zidrou et Godi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOURCE DE POESIE :: Les eaux folles :: Nouvelles averses et Histoires d'eau-
Sauter vers: